La Fédération des Associations Laïques (FAL) du Cantal s’inscrit comme l’échelon départemental de la Ligue de l’Enseignement plus important et plus ancien mouvement d’éducation populaire en France.

Laïque et indépendante, la Ligue de l’enseignement réunit des hommes et des femmes qui agissent au quotidien pour faire vivre la citoyenneté en favorisant l’accès de tous à l’éducation, la culture, les loisirs ou le sport. (cf. PDF «Historique de la Ligue»)

Des centaines de milliers de bénévoles et plusieurs milliers de professionnels se mobilisent, partout en France, au sein de plus de 30 000 associations locales et d’un important réseau d’entreprises de l’économie sociale. Tous y trouvent les ressources, l’accompagnement et la formation nécessaires pour concrétiser leurs initiatives et leurs projets.

Tous refusent la résignation et proposent une alternative au chacun pour soi.

Dans le Cantal la FAL porte ce projet depuis 1928. Elle est présente sur l’ensemble du territoire aux travers de ses 170 associations affiliées et de ses 7000 adhérents.

La FAL du Cantal répond à ses missions d’association complémentaire de l’école, notamment à travers les activités de l’USEP, mais également à travers ses activités culturelles et d’organisateur de voyages scolaires et classes de découvertes.

Elle s’inscrit comme un véritable agent de développement local dans le cadre de ses activités d’entreprise de l’économie sociale et solidaire en accompagnant le développement des politiques éducatives locales. A ce titre là, la FAL est gestionnaire de plusieurs accueils de loisirs, de structures d’accueil et d’hébergement. Par ailleurs, sa web TV www.couleurcantal.tv sert de relais et d’échos aux initiatives locales économiques, culturelles, sportives, sociales…

Le 27 Juin 2010 la Ligue de l’Enseignement réunie en congrès à Toulouse a adopté le manifeste « FAIRE SOCIETE » réaffirmant ainsi ses principes fondateurs du vivre ensemble dans une société solidaire, démocratique et laïque. Cette réaffirmation semble d’autant plus nécessaire qu’elle s’inscrit dans un monde incertain et complexe, marqué par de nombreuses formes d’individualisme et de tentations de replis communautaristes. Ainsi ce manifeste rappelle la volonté de la Ligue de construire une société plus juste et plus solidaire, plus laïque et plus fraternelle, ou les hommes et les femmes sont libres et responsables.

Comment ?
En recomposant l’action publique, en renouvelant les pratiques démocratiques, en repensant les solidarités dans la société des individus et en développant une politique de la reconnaissance.